logo LM 

Fiche Pratique Matériel Roulant
BB 26000 - Piko (N)
 lien vers page accueil lien vers page section HO lien vers page section N lien vers page Oe lien vers page Section Vapeur Vive lien vers page Fiches Pratiques lien vers page exposition wemfal lien vers page contact
  • Ce modèle annoncé fin 2009 est disponible depuis mi-novembre en 4 versions : en version corail et gris d'origine avec sigle nouille utilisable de 1988 à 2000 environ (94130), en version corail et gris d'origine et sigle casquette utilisable de 2000 à 2005 environ ( 94131), en version corail et gris d'origine et sigle Carmillon utilisable de 2005 à nos jours (94132) et en version Multiservices et logos Carmillon utilisable de 2005 à nos jours (94133). Reste à sortir une version Fret (94134) en janvier et une version En voyage (94135) en février. A l'issue, les amateurs de l'époque actuelle disposeront de 4 BB 26000 différentes qui se côtoient sur les voies françaises.

  • Un peu d'histoire :
    Les BB 26000, appelées également 'SyBic' sont des machines dites universelles bicourant, c'est à dire qu'elles peuvent remorquer tous types de trains, que ce soit sous courant continu ou courant monophasé. Cette locomotive de nouvelle génération à l'époque fut le fruit de plusieurs essais sur les prototypes BB 20011 & 20012, à savoir que le type de moteur retenu fut le moteur synchrone, le même qui est employé sur les TGV Atlantique. Comme elle est bicourant, il y a bien entendu 2 types de pantographes : 1 AM 90 pour le monophasé et 1 AL 2 pour le continu. La locomotive pesant près de 90 T développe 5600 KW pour une vitesse maximum autorisée de 200 km/h.

    La première BB 26000 fut livrée en avril 1988 et la dernière en Juillet 1998 pour un total de 234 machines. La commande initiale à Alsthom, le constructeur, portait sur 264 locos. Les 30 dernières sont devenues les 36000.

    Sur l'ensemble du parc, seul une BB 26000 a été radiée suite à un accident : la BB 26084. Les 26140 à 153 sont aptes à la réversibilité pour un emploi sur le TER 200 Alsace (Modification portée surement par le Matériel). Sauf erreur de ma part, l'ensemble du parc n'est pas apte aux UM.

  • Le modèle Piko :
    Globalement, le modèle fait bonne impression. Les proportions sont justes (voir photos comparées avec le modèle réel) et le modèle restitue bine le look novateur à l'époque, qui a fait depuis de nombreux émules. Les teintes sont bien appliquées et les marquages sont nets et bien lisibles. La surface est certes plus facile à travailler que celle des BB 66000. Mais pourquoi avoir fait des vitres latérales de cabine trop petites ! Il était facile de respecter les cotes. Ce qui choque, surtout sur les photos, ce sont les traverses avec des tampons inexacts, et bien trop maigrichons. De même, la traverse est réduite à la portion congrue pour laisser un large passage à l'attelage. Compte tenu du jeu existant, Piko aurait pu faire une traverse un peu plus épaisse restituant mieux la traverse réelle, et en profiter pour faire des tampons plus conformes car disposant plus de place sur la traverse. L'ensemble de la traverse est démontable en enlevant les tampons, ce qui est une bonne chose pour les transformations éventuelles. L'autre point qui peut choquer concerne les pantographes. A part la couleur noire, les pantographes ne manquent pas de finesse mais le tout est gâché par des ressorts à boudin en alu brillant très visibles. La ligne de toiture fait un peu plastique mais est assez complète. Le lanterneau n'est pas ajouré comme en réalité mais il n'était guère possible de faire autrement en plastique. Enfin, les marchepieds d'angles de cabine sont mal positionnés sur les bogies, et sont d'ailleurs assez fragiles, mais les positionner aux angles de la cabine comme en réalité aurait compliqué la tâche pour leur fixation et les auraient rendu très vulnérables à toute manipulation, y compris au rangement dans la boîte.

    L'avant de la BB 26115: emplacement des tampons, marchepieds d'angle et traverse avant + soc
    L'avant de la BB 26115: emplacement des tampons, marche-pieds d'angle et traverse avant + soc
    (photo jObiwan)

  • Contrairement à la BB 66000 pour laquelle le démontage s'avérait fastidieux, voire risqué, l'installation d'un décodeur sur la BB 26000 est un jeu d'enfant. En effet, il suffit d'enlever le lanterneau de toiture en le tenant entre les doigts et en tirant verticalement, puis on accède à une vis qu'il faut dévisser. Il suffit alors d'écarter légèrement les flancs de la cabine et celle-ci s'enlève pour laisser apparaître un châssis métallique surmontée d'une platine.

    Le châssis surmonté de la platine avec à chaque extrémité les platines d'éclairage simplement enfichées
    Le chassis surmonté de la platine avec à chaque extrémité les platines d'éclairage simplement enfichés

  • Pour installer un décodeur, il faut enlever la broche analogique qui est en place sans soulever la platine, car si tel est le cas, vous soulevez le moteur avec et il y une grande chance, qu'un, voire les deux cardans quittent leur logement. Et là, c'est beaucoup moins drôle à remettre même si avec un peu de patience et en ayant préalablement démonté les bogies, c'est faisable. Il faut positionner d'abord le cardan côté moteur puis présenter le bogie non fixé et le faire tourner afin que la forme du cardan coïncide, puis replacer le bogie en place et remettre l'axe métallique de fixation.
    La broche analogique à retirer
    La broche analogique à retirer avec une pince brucelle
Auteur: Lionel Barbier - www.trains160.com
Date: juillet 2008
Nombre de visites:
retour haut de page