logo LM 

Fiche Pratique Matériel Roulant
L'ABJ 4 Mabar (N)
 lien vers page accueil lien vers page section HO lien vers page section N lien vers page Oe lien vers page Section Vapeur Vive lien vers page Fiches Pratiques lien vers page exposition wemfal lien vers page contact


Ce fut sans conteste la vedette surprise du salon  Railexpo 2008 pour tous les Nistes français. Bien que ce modèle ait déjà été proposé dans une version plus artisanale par Transmondia, le prix de celle-ci ainsi que sa diffusion n'ont pas permis à tous les amateurs d'ajouter l'ABJ 4 à leur parc autorail. Avec le modèle Mabar, sa diffusion et son prix "grande série" le rendent accessibles à tous.
  • Un peu d'histoire :
    L'ABJ 4 est l'évolution ultime de la longue lignée des ABJ fabriqués par Renault. Sans la guerre, l'ABJ 4 n'aurait peut-être jamais existé car c'est au lendemain du second conflit mondial que la SNCF passa commande à Renault de 35 autorails ABJ basés sur les modèles d'avant guerre du constructeur, ABJ 2 et ABJ 3. Le temps était compté et il fallait rapidement du matériel neuf pour remplacer les pertes dues au conflit et remettre la France sur les rails. Ces autorails immatriculés ABJ 4 X 3601 à 3635 furent commandés en 1948 et la livraison commença à la fin de la même année. Ils furent tous affectés à la Région Sud-Ouest (Tours, Bordeaux,Limoges, Montluçon et Poitiers en première affectation). Ils ont été livrés avec des phares carénés et des feux d'angle mais reçurent à la fin des années 50, lors de révisions, des phares proéminents. Les versions proposéespar Mabar correspondent donc aux époques IIIb et IIIc et au début de l'époque IV car les derniers ABJ 4 furent radiés en 1977.Les ABJ 4 connurent tous en début de carrière la livrée autorail rouge et crème standard mais reçurentprogressivement au cours des années 1970 la livrée avec toit rouge. Les 2 livrées se sont néanmoins côtoyées.

  • Le modèle Mabar :
    Passé la première surprise de Railexpo, nombreux sont ceux qui se sont posé des questions sur cette marque espagnole, concernant la qualité de ses produits et le respect des délais annoncés. Nous voici rassurés car cet ABJ 4 est une grande réussite. Au niveau esthétique, les photos de ce reportage attestent de la qualité de la gravure, du respect de la hauteur de caisse, de la qualité des inscriptions et de la peinture, de la véracité des nombreux détails rapportés. Seule critique : l'entourage des vitres un peu fort réduit d'autant leur surface. Mabar a choisi de ne pas munir d'origine le modèle d'attelages disgracieux mais l'a doté de traverses complètes et réalistes avec la possibilité de fixer une barre d'attelage permettant le jumelage de 2 autorails, comme en réalité. Mabar a également pris le soin d'ajouter des flancs de bogies que l'amateur pourra poser pour une présentation du modèle en vitrine, ou s'il dispose de courbes à très grands rayons, ces flancs limitant le débattement du bogie.
ABJ4 détail de la cabine de conduite
Détails de la cabine de conduite côté moteur:
finesse des rambardes, des essuie-glaces et des mains montoirs

ABJ4 détail de la toiture
La toiture détaillée semble conforme mais méritera d'être patinée
ABJ4 vue face avant
Les feux et la traverse avant sont bien reproduits
ABJ4 vue mains montoirs
Inscription Renault en bas de porte, gravure des portes
et marche-pieds rapportés

  • peu d'histoire :
    L'ABJ 4 est l'évolution ultime de la longue lignée des ABJ fabriqués par Renault. Sans la guerre, l'ABJ 4 n'aurait peut-être jamais existé car c'est au lendemain du second conflit mondial que la SNCF passa commande à Renault de 35 autorails ABJ basés sur les modèles d'avant guerre du constructeur, ABJ 2 et ABJ 3. Le temps était compté et il fallait rapidement du matériel neuf pour remplacer les pertes dues au conflit et remettre la France sur les rails. Ces autorails immatriculés ABJ 4 X 3601 à 3635 furent commandés en 1948 et la livraison commença à la fin de la même année. Ils furent tous affectés à la Région Sud-Ouest (Tours, Bordeaux,Limoges, Montluçon et Poitiers en première affectation). Ils ont été livrés avec des phares carénés et des feux d'angle mais reçurent à la fin des années 50, lors de révisions, des phares proéminents. Les versions proposéespar Mabar correspondent donc aux époques IIIb et IIIc et au début de l'époque IV car les derniers ABJ 4 furent radiés en 1977.Les ABJ 4 connurent tous en début de carrière la livrée autorail rouge et crème standard mais reçurentprogressivement au cours des années 1970 la livrée avec toit rouge. Les 2 livrées se sont néanmoins côtoyées.
  • Fonctionnement :
    Au niveau fonctionnement, c'est le même ravissement : vitesse et ralenti réalistes, silence de fonctionnement remarquable et inversion des feux dont l'éclairage est réaliste mais qui fuit un peu à l'intérieur des cabines, et cela sans aucun rodage. Je n'ai pas testé la force de traction mais ce n'est pas ce qu'on demande de prime abord à un autorail ! Je pense qu'il pourra tracter sans problème une remorque unifiée Transmondia (après adaptation d'un attelage) ou une boîte à tonnerre transformée en remorque d'autorail. La digitalisation est possible en offrant le choix entre un décodeur de traction classique grâce à l'interface digitale NEM ou un module de sonorisation Loksound.

    La caisse se démonte assez facilement en écartant les flancs au niveau des bogies. On découvre alors le châssis surmonté d'une longue platine, mais point d'interface NEM. C'est normal, car elle est au verso de la platine. Un tout petit espace est aménagé avec des banquettes, ce qui permet d'y installer quelques voyageurs chanceux.

    Châssis et platine de l'ABJ 4
    Chassis et platine de l'ABJ4

    Il faut malheureusement démonter cette platine pour installer un décodeur. Il suffit de bien suivre la notice mais si le démontage des vis et des fiches électriques ne pose pas de problème (utiliser une fine lame de cutter pour soulever les fiches), les fils d'alimentation des minuscules leds d'éclairage ont vite fait de sortir de leur logement.

    Pas de panique si cela vous arrive, il faut avoir des lunettes loupes, une fine pince à brucelles et beaucoup de calme et de patience ! Attention également à respecter le sens des fils : les 2 fils de couleur jaune sont branchés aux 2 bornes intérieures, les 2 fils orange aux bornes extérieures.
    Un conseil: prenez une photo pour savoir où les remettre exactement avant toute opération !
ABJ4 détail de la platine
Les fiches à soulever à chaque extrémité de la platine
ABJ4 détail de la platine
Le chassis sans la platine
  • Attention à bien positionner les prises de courant du moteur lors du remontage. Faire un essai avant de remettre la cabine : si un des feux ne fonctionne pas, revoir le contact des fils au niveau des plots.
interface NEM
L'interface NEM sous la platine

ABJ4 le décodeur en place
Le décodeur numérique est en place
prises moteurABJ4
Les prises de courant du moteur





Sachet pièces complementaires

Les pièces complémentaires fournies: flancs de bogies et barres d'attelage
  • En conclusion:
    Mabar nous propose un fort beau modèle qui fonctionne bien. A ce jour, 5 références sont disponibles, 2 de seconde classe à toit rouge (85905 et 85906), 2 de seconde classe à toit crème (85907 et 85908) et une de première classe à toit crème (85909) pour les relations express transversales (x 3601 à 3608).

    Nous ne pouvons souhaiter qu'un très beau succès à ce joli modèle en espérant une suite à ce programme basée sur le même châssis (ABJ 1, ABJ 2 et ABJ 3). Ces modèles, qui sont à l'origine de l'ABJ 4, auront une
    utilisation possible encore plus large en termes de régions SNCF et d'époques
    .


    
Auteur : Lionel Barbier - www.trains160.com
Date : juin 2008
Nombre de visites:

retour haut de page